Sélectionnez votre langue

Recherche

Les paroles ou les gestes les plus innocents peuvent parfois déclencher une forte réaction émotionnelle, en particulier quand nous portons un deuil non résolu. 

Nous étions chez un ami pour un barbecue. L'une des personnes, John, parlait avec un groupe d'amis du temps qu'il avait passé en Espagne. Il racontait qu'en espagnol, quand on dit que quelqu'un est son nord, c'est la personne qui nous a inspirés ou guidés, en général un parent, ou une personne proche dans la famille ou un ami. Alors que ceci semblait une histoire anodine, Lucy a commencé à pleurer et a quitté la pièce aussi rapidement que possible.

Je savais que cette réaction était en rapport avec sa mère, décédée un an plus tôt, à l'age de 52 ans je crois. Lucy avait la petite trentaine, et je savais aussi que son père était décédé bien des années avant, et qu'elle était maintenant "le nord" pour ses deux plus jeunes sœurs. Nous avions discuté d'EFT avec ce groupe un peu plus tôt dans l'année, et j'avais remarqué qu'avant de partir de la pièce, Lucy avait essayé de tapoter son point de karaté.

Même s'il n'est pas dans mon caractère de m'immiscer, je l'ai suivie deux minutes plus tard, et je l'ai trouvée dans un recoin du jardin (heureusement le temps était ensoleillé, nous vivons en Irlande!). Je lui ai demandé si je pouvais lui tenir compagnie. Elle fit oui de la tête. Elle pleurait et était clairement en état de choc, mais accepta que je commence à tapoter directement sur elle, sans rien dire. Elle avait des difficultés à respirer, avec des renvois d'air manifestement très douloureux.

Elle s'est un peu calmée après 4 ou 5 séries. Dès que j'ai senti qu'elle pouvait parler, je lui ai demandé de confirmer, et oui, c'était bien à propos de sa mère. Elle a rajouté que justement, la veille au soir, elle s'était dit qu'elle n'avait pas pleuré depuis longtemps. Elle a aussi dit qu'il lui arrivait de vomir.

Elle a rapidement recommencé à pleurer de manière incontrôlable. Comme je lui demandais ce qu'elle ressentait, elle me dit "tristesse". Nous avons fait une série sur :

"même si j'ai toute cette tristesse à propos de ma mère, et que c'est tellement difficile qu'elle soit partie, et je suis toute seule maintenant, je m'aime et je m'accepte quand même complètement."

en utilisant des phrases de rappel telles que "cette tristesse / tellement triste / trop dur / il faut que ça sorte ...".

Comme elle avait toujours du mal à faire sortir l'air et massait son ventre, je lui ai demandé où elle ressentait une douleur, elle a montré son estomac. Je lui demandait comment elle appelait cet endroit, car j'avais le pressentiment qu'elle ne l'appellerait pas "estomac". Elle a fini par articuler : "plexus solaire".

"même si j'ai cette douleur dans mon plexus solaire et qu'elle a besoin de sortir, je choisis de lui rendre la liberté".

C'était la première série où je pouvais lui demander de faire une série complète : bouger ses yeux, chantonner et compter, alors que je tapotais son point de gamme. Et bien sûr, la libération dont nous parlions a eu lieu : elle a fini par vomir. J'ai continué à tapoter avec en phrase de rappel "cette douleur" pendant à peu près 3 séries. sur tous les points sauf ceux autour de la bouche qui n'étaient pas praticables, tout en me concentrant un peu sur moi même quelques secondes, afin de rester disponible pour elle.

Elle s'est complètement calmée, a dit "je me sens bien", souri, et s'est allongée sur l'herbe au soleil. Je lui ai demandé si elle préférait rester seule ou que je reste là, et elle a demandé que je reste. Nous nous sommes déplacées vers un autre endroit du jardin, un peu plus à l'abri de visiteurs potentiels. Elle m'a demandé d'expliquer un peu plus ce qu'était l'EFT. Je lui ai fait un bref historique. Comme elle avait l'air paisible. je l'ai testée en demandant qui était son nord. Elle a recommencé à pleurer en quelques secondes, se plaignant aussi du mauvais timing parce que c'était un ami qui l'avait amenée et qu'elle n'avait pas sa voiture et elle dépendait de lui pour repartir. Je lui ai proposé de la remmener chez elle si/quand elle le voudrait; ça faisait déjà un souci en moins.

En revenant à notre souci principal, nous avons fait une série sur :

"même si je me sens tellement triste, ..."

utilisant différentes phrases de rappel dans l'idée de tristesse et de libération. C'était la première fois où elle pouvait tapoter elle même. Elle s'est calmée.

Nous avons continué à discuter. Elle m'a demandé s'il était normal de vomir. Je l'ai rassurée en lui racontant le cas de cancer pancréatique raconté par Rosanna Massey, où il semble que le cancer a fini par sortir du corps sous forme de gaz! Elle a aussi remarqué qu'elle ressentait les points sous l'œil et sous la clavicule particulièrement puissamment.

Chaque point est relié à une émotion et un organe spécifiques, et nous avons généralement un ou plusieurs points qui résonnent plus particulièrement. J'ai expliqué à Lucy que ces points étaient probablement "les siens", et je lui ai parlé d'autres points qu'elle pourrait probablement essayer avec succès (sous le bras et sous la poitrine).

Comme je tentais une petite plaisanterie sur mon thé qui refroidissait à cause d'elle, elle a ri. C'était le bon moment pour la tester à nouveau. Ca a pris un peu plus de temps (environ 30 secondes!), mais elle s'est remise à pleurer. Les renvois d'air douloureux avaient disparu à ce stade. Nous avons fait une autre série avec

"même si j'ai encore toute cette tristesse, je m'aime et je m'accepte quand même."

Lucy pleurait toujours et me parla de sa frustration, parce qu'elle voulait retourner avec les autres.

"même si je suis tellement frustrée de ne pas pouvoir retourner avec nos amis, et que j'ai l'impression que ça n'a pas de fin..."

Nous avons obtenu un léger soulagement, mais la frustration était toujours là. Je lui ai demandé à quoi ressemblait cette frustration. Et sur la base de sa réponse, nous voilà reparties :

"même si j'ai cette boule noire de frustration, de la taille d'un poing en haut de ma poitrine à droite, et même si je voudrais retourner avec les autres, mais que ceci n'a pas de fin, je choisis de me sentir calme. J'accepte que les larmes ne sont pas encore terminées, mais je choisis d'être calme pour le moment , et de savoir que le moment viendra où les larmes s'arrêteront, quand je serai prête, et je m'aime et je m'accepte complètement. "

en utilisant différents éléments de cette phrase comme phrases de rappel.

Elle s'est complètement calmée. Elle s'est étirée et a baillé, ce qui est en général un signe de relâchement et de libération. Je lui ai demandé comment allait sa frustration. Elle m'a dit qu'elle était partie. "Il ne reste même pas une petite balle de ping-pong?". Elle a ri et répondu "même pas!". Nous avons discuté quelques minutes de plus.

Je l'ai testée une dernière fois à propos de "son nord", et elle était paisible en me disant que ça avait été sa mère. Elle a dit qu'elle allait simplement marcher un peu dans le jardin. Comme nous retournions vers la maison, nous avons croisé John. Je les ai laissés discuter, sachant que John était désolé d'avoir de toute évidence déclenché une crise, bien involontairement.

En fait, Lucy est revenue avec les autres immédiatement après, Elle baillait beaucoup mais elle avait l'air bien. Je lui ai demandé un peu plus tard dans la journée si elle voulait que je la ramène chez elle, mais elle me répondit en souriant que tout allait bien. Elle est restée souriante et a même ri plusieurs fois de bon cœur durant le reste du barbecue.

A ce stade, j'avais 8 mois d'apprentissage d'EFT, et je venais tout juste de suivre le cours de Praticien de Niveau 2. Même si j'étais déjà convaincue de la puissance d'EFT, à défaut d'un mot plus approprié, j'étais stupéfaite du niveau de paix que Lucy a pu atteindre en moins d'une heure, en partant d'une forte réaction de panique et de traumatisme. Si j'avais eu des doutes avant, j'étais maintenant convaincue que je devais poursuivre dans cette voix, et faire de mon mieux pour aider à soulager dès que je le pourrais. Que l'histoire de Lucy et toutes les autres amènent la paix à bien d'autres personnes.

Suivi à 3 mois

Lucy n'a plus eu de nouvelle crise à ce sujet. Quand, 2 mois 1/2 après notre séance, Lucy a subi un autre traumatisme avec le décès de sa grand mère, elle a pu y faire face plus facilement, utilisant l'EFT et d'autres méthodes de relaxation avec lesquelles elle est familière.